AVENTURES SCENIQUES

 

 

Création en danse environnementale / Cie du Ruisseau

Crédit photos : ©Richard Pelletier

juin 2007 à juin 2009

C'est à l'occasion d'une des représentations de "Petits tableaux de conjugaison" que Patricia Nagera rencontra Aude Bertrand. Celle-ci lui proposa d'intégrer en tant que danseuse chorégraphe, chanteuse et comédienne sa compagnie de danse pour un projet de résidences de danse contemporaine environnementale. Cette recherche et collaboration tant chorégraphique que théâtrale et musicale allait durer trois printemps en mai et juin de 2007 à 2010. C'est au sein de la Cie du Ruisseau que Aude Bertrand, chorégraphe implantée en Champagne-Ardenne et Haute-Marne accomplit son travail de recherche sur la danse environnementale. Sa démarche originale confronte le corps à des lieux de vie et de nature, toujours dans le désir de faire découvrir au public des espaces réinventés par la danse

Résidence 1

"Les mouvements élémentaires, rencontre du land Art et de la danse contemporaine".

Au parc des roches de Bourmont, à ciel ouvert, nous avons questionné le rapport entre le corps et la nature à la découverte d'une nouvelle écriture corporelle. Il y a été également question de rencontrer des œuvres, nous interrogeant sur la façon dont la danse et la voix pouvaient utiliser l'œuvre : comme scénographie, pour en renforcer la conception, ou pour se créer une gestuelle, une énergie singulière qui joue et met en scène à la fois l'œuvre et les éléments qui l'entourent (végétation, eau, terre…) ? Cette résidence s'est achevée par une restitution publique sous la forme d'une promenade où découvrir les corps dansants et les chants.

Distribution :

Chorégraphie : Aude Bertrand

Danse : Aurélie Cantin

Danse : Asa Dépret

Danse et voix : Patricia Nagera

* Résidence 2

"Le marais des grands prés, espace de cohabitation entre l'homme et la nature. Doulaincourt Saucourt".

"Comprendre quelque chose de l'esprit du lieu naturel, de sa structure, de sa mutation, c'est comprendre le mouvement perpétuel de croissance, de changement, de transformation de ce qui nous entoure." Aude Bertrand. Il était question pour cette résidence de s'immerger au cœur d'une faune et d'une flore et d'y expérimenter ce que le végétal et l'aquatique peuvent générer comme nouvelle source de mouvements. Le conte de la "jeune fille du fleuve" a été un support de construction pour ce travail. Pendant toute la période de la résidence le public a été invité à venir voir, à loisir, l'évolution des danseuses au sein du marais et de ses environs. Cet accompagnement des répétitions était la forme choisie pour la rencontre entre le public et les artistes."

Distribution :

Chorégraphie : Aude Bertrand

Danse : Aurélie Cantin

Danse : Asa Dépret

Danse et voix : Patricia Nagera

* Résidence 3

"Le Château du Grand jardin à Joinville, allées, tours, détours, aller".

Dans ce nouveau projet de danse environnementale le travail de recherche a porté à nouveau sur la nature, de par l'imposant espace que constituait le grand jardin. Mais il a été également orienté différemment du fait de la présence patrimoniale du château. Le lien particulier s'établissant entre le château et le grand jardin, qui se contraignent l'un l'autre dans leurs contours, nous a permis de créer un parcours labyrinthique avec des jeux de circulation. Chaque espace a été investi en fonction de l'état de corps particulier qu'il provoquait. Une exposition photos et des textes racontés tout au long de ce parcours ont également ouvert notre imaginaire, et celui du public, sur ce lieu. Une restitution publique a été donnée en fin de résidence.

Distribution :

Chorégraphie : Aude Bertrand

Danse : Aurélie Cantin

Danse : Asa Dépret

Danse et voix : Patricia Nagera

Photographies : Richard Pelletier

* Résidence 4

"Danse en fusion, recherche chorégraphique dans les usines de Dommartin–le-Franc".

C'est dans l'usine désaffectée de Dommartin-le- Franc, ancienne forge laissée en l'état au moment de l'arrêt de l'activité (outils, établis etc. encore à leur place) que nous avons mangé notre poussière. L'enjeu de cette résidence était de travailler autour de la mémoire, de l'empreinte des corps laissés dans ces lieux. Des corps sculptés, modelés, articulés et mécaniques dans leurs mouvements, en fusion avec la matière. D'explorations minutieuses de toutes les pièces utilisées pour forger, aux témoignages recueillis auprès de ceux qui avaient connu, il y a longtemps, l'éprouvant travail de la forge, nous avons tenté de recréer l'esprit du lieu par les corps. A l'issue de ce travail une représentation fut donnée dans la fonderie.

Distribution :

Chorégraphie : Aude Bertrand

Danse : Aurélie Cantin

Danse : Asa Dépret

Danse et voix : Patricia Nagera

Lumière, feu et régie : Robert Magnier

Photographies : Richard Pelletier